1. Les enfants ne parviennent pas à se moucher le nez tout seuls ou ne le font pas correctement.
Pour un nouveau-né, respirer par le nez est fondamental. Il suffit de penser au moment de l’allaitement lorsqu’il tète et avale le lait. Dans ces conditions, la congestion nasale est un véritable supplice !
Le nez bouché représente un problème également chez les plus grands enfants. En effet, jusqu’à 2 ans, ils ne parviennent pas à se moucher tout seuls et jusqu’à 6-7 ans, ils ont encore du mal à le faire correctement. Le mucus produit en excès par effet de l’inflammation obstrue les voies respiratoires et peut générer des complications pour la santé de l’enfant en le rendant facilement nerveux et irritable.

2. La congestion nasale peut également entraîner, à travers l’écoulement post-nasal, d’autres pathologies comme la toux et le mal de gorge.
Le pharynx et le larynx sont très proches anatomiquement du nez de l’enfant et entretiennent des liens de communication étroits avec ce dernier. Cela peut déterminer l’apparition de maladies respiratoires secondaires tels que la toux et le mal de gorge. En effet, les médiateurs de l’inflammation, ainsi que les agents agressifs (virus, bactéries, agents irritants), restant piégés dans l’excès de mucus, peuvent atteindre la gorge en provoquant une stimulation mécanique du pharynx et du larynx, et générer une toux continue accompagnée d’une inflammation et du mal de gorge.
Pour des raisons très similaires, considérant la proximité des canaux auditifs avec le nez et le pharynx, il est possible que des virus et des bactéries soient également transmis à l’oreille, en raison de la congestion et de la stagnation du mucus. Ils peuvent donc provoquer des infections gênantes comme des otites et des rhinosinusites.

Aboca